'> Fabebook: La route du Rom (Le Poulpe) - Didier Daeninckx

mardi 25 mars 2014

La route du Rom (Le Poulpe) - Didier Daeninckx

Poche: 208 pages Éditeur : Folio (26 mai 2005) Collection : Folio policier


 Le Poulpe n'est ni un vengeur, ni un justicier, ni le représentant d'une loi ou d'une morale. Il est un personnage libre, curieux, un témoin en mouvement qui, pour appréhender le monde contemporain, va se rendre compte par lui-même des désordres du quotidien. Que la presse relate un fait divers qui lui semble masquer une autre réalité que celle annoncée et il va sur place pour tenter de comprendre... A Corneville, petit bourg du Cotentin, un jeune Gitan, musicien professionnel de talent jouant dans les films de Tony Gatlif, écoute son grand-oncle très âgé lui raconter enfin le secret de sa vie. Les deux hommes meurent quelques heures après. Mais si le plus vieux était malade, le jeune, lui, a pris un coup de fusil dans un lieu où rien n'expliquait sa présence... Prévenu par deux inconnus, le Poulpe, une fois de plus, va mettre ses grands pieds dans le plat.





Mon avis :
Deuxième aventure que je tente dans le domaine Du Poulpe et décidément ... ça ne me plait pas du tout.

Hé oui La route du Rom fût longue .. j'ai peiné à le finir et je me demande encore pourquoi je n'ai pas laissé. Peut-être est-ce parce qu'il est court ? Certainement oui. Mais aussi par curiosité.
Daeninckx ... il fallait que je sache, c'est la raison pour laquelle j'ai été jusqu'au bout.

Tout commence par une discussion entre Jésus Cuevas et son grand-oncle. Jésus au chevet de celui-ci écoute ce que Antonio surnommé La Bolée lui confie.
La Bolée va mourir et confie un secret à Jésus. Un secret qu'évidemment l'auteur ne révèle pas au début de l'histoire.

Jésus part avec Déméter à la maraude aux huîtres et à l'issue de leur "pêche" Jésus insiste pour se rendre en pleine nuit dans un ancien pensionnat pour jeunes filles. Pour y faire quoi ? Seul Jésus Cuevas le sait ...
Lors de cette virée nocturne Jésus se fait tuer !

Le départ me plait bien même si je trouve que ce n'est pas super bien écrit, mais je vais plus loin. Courage Fabe, tu vas peut-être changer d'avis dans quelques pages.
Et bien non ! Une histoire qui aurait pu être très forte, un adieu au musicien qu'était Jésus Cuevas tourne en saucissonade (ça se dit ça ? non mais c'est pas grave).
L'arrivée du Poulpe et son "enquête" part un peu à gauche à droite.
Rien n'est structuré dans ce livre.

Mis à part quelques réparties presque agréables (4 ou 5) les dialogues sont plats.
Le Poulpe regarde la télé toutes les 3 pages (je n'exagère qu'un tout petit peu) et l'auteur nous énumère toutes les émissions une à une.
"Évelyne Thomas", blablabla ... 
"On est pas couchés", blablabla...
Et j'en passe ...
À ce rythme, je pensais ; dépêche-toi Daeninckx le livre ne fait que 208 pages

L’air vif du bord de mer l’a fatigué davantage qu’il ne l’aurait pensé, et Gabriel s’endort au début d’une émission spéciale de « C’est mon choix ». Un cauchemar le réveille : sur l’écran, la présentatrice vedette est entourée de ses propres clones. Il n’y a plus une seule Évelyne Thomas mais deux, trois, quatre… Il se frotte les yeux avant de comprendre que le service public a fait la surprise à son employée d’inviter ses sosies

Question "décor" c'est pareil, une suite d'énumération de lieux, des descriptions fades, rien !
Pourtant il y avait de quoi faire. Alors, ben pour finir on s'ennuie.
Mais le plus décevant est cette absence de substance, d'émotions. Pourtant le sujet était propice à cela. La vie des Rom, leur passé ... pas beaucoup plus facile que ce qu'ils vivent à présent méritait autre chose que ça.
Pas une seule fois je ne me suis "sentie" en compagnie de la famille Cuevas, à aucun moment je n'ai visualisé le campement, les caravanes, les réunions en famille ... l'auteur s'arrête quand ça commence.
Clichés sur clichés, voilà ... c'est tout.

Et je conclurai en vous disant que c'est comme ça jusqu'à la fin. Je pourrais même vous raconter l'épilogue ... non, ça je ne ferai pas !
L'intrigue si il y en a, est lourde comme du plomb et le secret de La Bolée est aussi insignifiant que le reste. Enfin, insignifiant NON, c'est ce qu'en a fait l'auteur qui n'est pas à la hauteur de l'histoire des Rom.
C'est aussi un sujet qui me tient à coeur que l'auteur a prit avec désinvolture. Je vous épargne le côté pensée politique gauche/droite de Daeninckx, la politique c'est pas mon truc ..

Voilà, j'ai dit ... M'en vais boire un coup, de Rhum bien entendu !
Fabe

2 commentaires :

  1. Bon, et bien au moins c'en est un que je n'irai pas voir de près celui-là. Il y en a tant d'autres qui sont agréable à lire. Merci Fabe de nous faire partager ton ressenti.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'était mon deuxième poulpe, on ne m'y reprendra plus. Même si le poulpe est écrit par plusieurs auteurs ...

      Supprimer

Vous pouvez laisser ici votre commentaire.
Ne restez pas anonyme ... Saisissez au moins nom ou url.
C'est plus sympa !